AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Cass - because i am

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Castiel K. Blackwell


Life make me strong
┇ MESSAGES : 591
Cass - because i am Empty

Cass - because i am Empty
MessageSujet: Cass - because i am Cass - because i am EmptyMar 3 Juin - 22:08

Castiel Kattho Blackwell

prénom +   Anais
pseudo +   Dark Angel  
âge +   21 ans
comment as tu connu le forum ?  +   C'est notre bébé  
scénario ou personnage inventé ? +   Personnage inventé  
dc ? +   Slade-Hézio L. Stanford  
avatar:+   Ian Somerhalder
quelque chose à ajouter ? +   Love you


Hello, je m'appelle castiel k. blackwell , mais mes amis ou ma famille m’appellent cass . J'ai 35 ans, je suis d'origine Australien, je suis né le 15 septembre 1978,  ce qui fait de moi un vierge ah ah, ça tu l'avais pas encore demandé! Dans la vie je suis commandant de police.

Quoi ? Sérieusement ? Bon, si je dois donner mes qualités principales, je dirais que je suis Juste, travailleur, observateur, instinctif, aimable, loyal. Et comme tout le monde, j'ai des défauts. Les miens sont solitaire, rancunier, blessé, trop travailleur, alcoolique, impulsif . Mais bon, au moins je les reconnais, n'est-ce pas?

Alors passons au plus intéressant... Bah ça dépend pour qui ! Je suis célibataire et je suis plutôt attiré par les femmes. Je pense faire partit des two is better than one.
 
 
→ CHAPITRE 1 - UNE FAMILLE ORDINAIRE MAIS UNIE
C'est le moment où je vous raconte mon histoire, ma naissance, mes premières années de vie etc. Alors, commençons par le commencement. Je suis né ici même à Newcastle, je ne suis pas le premier enfant Blackwell, je suis le second, j'ai un grand-frère plus âgé de cinq ans Silley. Comme n'importe quel enfant j'ai vécu mes premières années dans les bras de ma mère, je n'étais pas un enfant facile, je pleurais pour rien, je dormais très peu, autant dire que mes parents ont eu du fil a retordre avec moi bébé. Ils n'ont pas très souvent dormis une nuit complète, c'est l'arrivée de ma petite soeur Avalon qui aura un impact sur moi et sur mon comportement. J'avais dix ans quand elle est née, elle avait cet effet de calmant sur moi. Quand je pleurais il suffisait qu'on la place juste à côté de moi et mes pleurs cesser, c'est une chose que l'on n'explique pas sa présence m'a toujours rassuré. Nous étions en Italie quand elle est arrivée, je n'en ai quelques souvenirs ça amusait beaucoup ma mère d'être parti à quatre en voyage et d'être revenu à cinq. Je me suis toujours bien entendu avec mon frère et ma soeur, bien sûr il y a eu des disputes comme partout cependant elles n'ont jamais affecté nos relations sur le long terme. Nous étions tous unis, nous aidant comme nous le pouvions et nos parents ont toujours été la pour nous, nous soutenant dans nos projets, mon père m'a même aidé à construire un vaisseau spatiale quand j'avais huit ans ! Peu de parents prennent le temps de passer ce genre de moment avec leur enfant. Nous n'avions peut-être pas la dernière console de jeu, ni les dernières marques à la mode, mais nous avions une chose plus importante qui est le soutiens et l'amour d'une famille. Nos parents se donnaient à fond pour que nous ne manquions de rien et c'est grâce à ça que nous ne leur avons jamais manqué de respect, ils se démenaient pour nous alors nous faisions tout pour qu'ils soient fiers de nous. Des trois j'ai tout de suite était démarqué comme étant le sportif, à neuf ans je commençais le football américain, une vraie passion qui m'est resté même aujourd'hui. J'ai de très bon souvenirs de mon enfance et si c'était à choisir je la vivrais exactement de la même manière.  

→ CHAPITRE 2 - UNE ADOLESCENCE QUI VEND DU RÊVE
J'ai toujours fait partie des personnes qui ont une bonne confiance en sois, je n'irais cependant pas jusqu'à dire que j'en avais trop non, j'étais loin d'avoir la grosse tête, mais le fait d'avoir été soutenu depuis tout petit m'avait donné de la force pour mes années lycée. Dès la seconde je m'étais démarqué en entrant dans l'équipe de football, je dois dire que j'en ai pris des coups des plus vieux joueurs sur le terrain, mais grâce à mon mental et à ma persévérance je n'ai jamais baissée les bras et au final ils ont commencé à me respecter. La popularité peut avoir des aspects néfastes je l'ai remarqué chez plusieurs personnes jouant dans l'équipe, mais je n'ai jamais pris plaisir à martyriser quelqu'un. Ça n'était vraiment pas mon truc, quand il y avait une fête j'y allais, je savais tout de même m'amuser, mais je faisais toujours attention, sportif ou non je travaillais dur. J'ai aussi fait de belle rencontre dans ces années-là notamment avec un autre joueur de football, Wyatt, lui non plus n'était pas de ceux des brutes épaisses, étant plus jeune que moi je l'ai prit sous mon aile et on en a fait de très bonnes actions durant les matchs tous les deux. Une autre rencontre a marqué un tournant dans ma vie et c'est bien-sûr celle avec Amalya. Je l'ai remarqué pour la première fois en cours de sciences naturelles, cela faisait trois mois que nous suivons les mêmes cours et elle se faisait tellement discrète que je ne l'avais pas encore remarqué jusque là. Les sciences ça n'a jamais été mes matières préférées, je m'ennuyais pendant le cours, après avoir regardé par la fenêtre, j'avais finalement observé les autres élèves et je l'avais aperçu dans le fond de la salle. Une brune magnifique, je ne sais pas comment j'avais fait pour la rater jusque là mais s'en était criminel. A la fin du cours je l'avais rejoint dans le couloir et nous avions échangé quelques mots, j'ai ressenti quelque chose de nouveau avec elle et j'avais envie de le ressentir à nouveau. Après ça j'ai passé beaucoup de temps avec elle au détriment de mes amis, ils ne comprenaient d'ailleurs pas mon intérêt soudain pour cette jeune femme surtout qu'elle n'avait rien de spécial à leur yeux. Cela m'a d'ailleurs valu plusieurs longues et difficiles disputes avec l'équipe, tout était question de réputation avec eux, mais ce n'est pas ce qui était le plus important pour moi. Ne supportant plus la pression je prie la décision de quitter l'équipe de football pour elle, j'étais libre de mes choix et si j'avais envie d'être avec elle je n'allais pas laisser une poignée d'hommes me ruinait mes chances. Le prenant comme une preuve d'amour nous avons échangé notre premier baiser, premier d'une longue série.

→ CHAPITRE 3 - CRÉATION DES PROJETS D'AVENIR
Après le lycée je m'étais installé avec Amalya. Ma soeur terminée le lycée, ça n'a pas été une période très facile pour elle, les premières histoires d'amour, les premiers petits amis, je n'ai jamais vraiment supporté le fait qu'un homme puisse me prendre ma petite soeur. Le lycée terminé j'avais choisi ma voix et elle n'était pas des moindres, je voulais entrer dans les forces de l'ordre. Amalya m'a toujours soutenu dans ce projet malgré les risques que j'aurais à encourir, c'était une de ces nombreuses qualités, elle, elle continuait ses études en vue de devenir institutrice, c'était d'ailleurs un rôle qui lui irait à merveille. Après un entrainement précis et intensif je commençais à suivre une formation, je reçus encore plus d'entraînements, la formation fut longue et éprouvante mais ce que j'ai gagné au bout du compte était beaucoup plus important. Âgé de 23 ans je reçus ma plaque, j'étais officiellement entré dans les rangs de la police, pour fêter l'évènement j'avais emmené Amalya dans un endroit romantique et en fin de soirée je lui avais demandé sa main. Deux mois plus tard nous étions devant l'hôtel en train de nous dire oui, c'était un très beau mariage, simple mais magnifique, je la vois encore parfois en rêve arrivait jusqu'à moi, ce sont des images gravés dans ma mémoire et qui ne sont pas prêtent d'être effacé. Après ça, nous avions commencé à parler d'enfants et du fait de vouloir construire une famille, j'avais un travail dangereux et je ne voulais pas qu'elle se retrouve toute seule s'il devait m'arriver malheur, j'avais en plus l'envie d'avoir un enfant dans mes bras et de pouvoir dire que ce petit ange était de moi, enfin de nous. Après quelques mois il y eut quelques changements dans notre couple, de petites disputes, c'était normal après nous nous ne pouvions pas être d'accord sur tout, cependant je sentais que quelque chose n'allait pas pour Amalya, mais je ne suis jamais parvenu à lui faire cracher le morceau. Je n'étais pas souvent là, mais quand c'était le cas je voyais bien que du côté de sa santé il y avait un problème, elle ne cessait pas de me répéter que non, ce n'était que de la fatigue et qu'elle devait simplement se reposer, j'y ai cru jusqu'à ce que je l'a rejoigne à l'hôpital.

→ CHAPITRE 4 - LA MALADIE EMPORTE TOUT AVEC ELLE
Ce jour-là je devais partir pour une autre mission, rien de très important, mais cela exigeait une absence de quelques jours. J'étais en train de me préparer quand mon supérieur me fit appelé dans son bureau, il m'annonça que je ne partais plus, je ne compris pas pourquoi, je m'étais préparé et avait mémorisé tout ce qui était à faire. Ma première réaction avait été de m'opposer à la décision cependant quand il évoqua le fait que ma femme ait été hospitalisé une heure auparavant je ne restais pas une minute de plus dans le bureau. Je ne sais toujours pas comment j'ai fait pour arriver aussi vite à l'hôpital, j'étais bien évidemment en panique à l'idée qu'il lui soit arrivé quelque chose de grave, je ne savais toujours pas ce qu'elle avait. On m'indiqua sa chambre à l'accueil et quand j'entrais le médecin était avec elle, je m'étais empressé de la prendre contre moi avant de me renseigner auprès du médecin. Il n'avait rien dit ayant promis à Amalya qu'il ne le ferait pas, apparemment c'était à elle de me dire les choses. Assis sur le bord de son lit je l'avais alors écouté. Elle m'avoua être malade depuis un moment, mais elle n'avait pas voulut que je sois au courant, elle ne voulait pas que je la regarde comme un petit oiseau à l'agonie, elle voulait que je garde cette joie de vivre sans craindre de la perdre à chaque instant. Ce fut un véritable choc pour moi, ma femme allait mourir et j'étais en colère, je lui en voulais de ne rien m'avoir dit, mais je m'en voulais encore plus de n'avoir rien vu. J'étais sorti de la chambre après ça sans avoir prononcé un mot, adosser à un mur je regardais dans le vide, j'étais plus pâle qu'un revenant. Le médecin d'Amalya c'était approché de moi pour s'assurer que je n'allais pas tourner de l'oeil, il me conseilla également de rester auprès d'elle, je ne devais pas perdre le temps qu'il me restait avec elle. J'étais donc retourné dans la chambre et j'avais oublié ma colère ne pensant plus qu'à passer le temps qui lui restait à ses côtés. Quelques semaines plus tard elle s'en est allé emportant une partie de moi avec elle, la perdre a été très douloureuse. Nous étions ensemble depuis le lycée, me retrouvais seul de cette façon était le pire scénario que l'on puisse s'imaginer. Les premières semaines ont été particulièrement cruelle avec moi, je ne supportais pas de vivre dans l'endroit que nous avions aménagé tous les deux, cela me rappelait à chaque instant qu'elle n'était plus là, j'avais donc déménagé dans un appartement banal, je n'avais pas vraiment la tête à la décoration. Sans l'aide de ma famille et de mes amis je ne sais pas où j'en serais aujourd'hui.

→ CHAPITRE 5 - RECONSTRUCTION LENTE ET DIFFICILE
Après la perte d'Amalya je m'étais plongé dans le travail en oubliant de vivre à côté, c'était la seule manière que j'avais trouvé pour continuer à vivre. Plusieurs personnes m'avaient été d'une grande aide notamment June, une amie du lycée, du moins une amie d'Amalya, mais on se connaissait depuis la même époque. Elle m'a été d'une grande aide, ça n'a pas été facile pour elle aussi et elle avait su m'épauler mais surtout me donner la force de continuer. Les premiers mois furent les plus difficiles même si on ne s'habitue jamais vraiment, je remontais doucement la pente du moins j'essayais. Cela fait maintenant un an que je suis veuf, mon état d'esprit à bien évoluer même s'il m'arrive encore d'avoir des coups de moue, à force de passer du temps avec June je commence à m'attachait à elle d'une façon inattendue, je ne pensais pas retomber amoureux aussi vite j'en suis d'ailleurs au point de me sentir coupable. N'est-il pas un peu trop tôt pour construire quelque chose avec une autre femme ? J'ai cette question qui me trotte sans cesse dans la tête, mais June me fait me sentir mieux, je suis totalement perdue. Comme ci je n'avais pas eu une vie assez difficile comme cela il a fallu que mon frère Silley disparaisse en mer il y a quelques semaines, même si rien ne dit qu'il est mort rien ne dit qu'il est vivant. Revivre ce genre d'épreuve seulement un an après est insupportable. Une nouvelle fois je vais avoir besoin de mes proches, heureusement je peux compter sur ma petite soeur revenue d'Afrique suite à cet incident tragique, je ne doute pas non plus de l'aide que June et mes amis pourront me donner. Voilà le récit de ma vie, il y en a de plus heureux et de plus merveilleux à lire, mais celui-ci et le mien et je ne peux malheureusement pas le modifier.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cass - because i am

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Video Du holshot de Cass 35,et de Polinet
» La waaaaag de Sharkut !
» 30 millions de bestioles en Terre du Milieu
» I thought my demons were my friends - Cass' (En cours)
» Sauvetage [Mid', Cass', ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Friends and Family :: 
 :: Présentations :: Validées
-